Déjeuner-Conférence avec Paul Magnette

Déjeuner-Conférence avec Paul Magnette

C’est au cœur du Bois du Cazier que nous nous sommes retrouvés pour la première conférence du cycles dédié à l’anniversaire des 10 ans de B4C.

Pour cette première conférence nous avons accueilli Monsieur Paul Magnette, Bourgmestre de la ville de Charleroi.

Voici les 15 points à retenir de cette conférence sur le thème du développement urbain et économique de la Métropole Carolo.

1) Pour redresser Charleroi, toutes les forces vives de la région sont nécessaires pour donner l’impulsion. Seule, l’autorité publique ne peut y parvenir. Le monde culturel, le monde de l’entreprenariat, les acteurs du monde sportif, … tous doivent se mettre en mouvement pour assurer le renouveau de la ville.

2) Charleroi est une « petite » ville (200.000 habitants). La dynamique locale est un important accélérateur de relations interpersonnelles. Monsieur Magnette cite Jean-François Thys, économiste Belge : « A l’époque de la globalisation où tout se dématérialise, on a plus encore besoin de territorialiser et de créer des liens directs. Les échanges permettent la naissance de nouveaux projets, de nouvelles idées. »

3)  Objectif pour Charleroi : affirmer la vocation Métropolitaine de la ville. Les métropoles sont des vecteurs économiques par excellence. Il faut concentrer les fonctions urbaines sur un même lieu.

4) Charleroi est une ville jeune, plus jeune que la plupart des grandes villes belges, qui manque encore de clarté. Son tissu urbain ressemble à un « patchwork ». C’est une ville qui a vécu une croissance courte et rapide contrairement à d’autres qui se sont développées sur une plus longue période ; ce qui implique que l’on doit avoir nos propres stratégies, des stratégies adaptées à notre ville.

5) Un premier atout de Charleroi consiste en sa réserve foncière. Plus de 50% du territoire n’est pas urbanisé ; ce qui la différencie de beaucoup d’autres métropoles. On vit mieux et plus longtemps lorsque l’on est en contact avec la nature.

6) Deuxième atout : Charleroi n’est pas une ville concentrique mais polycentrique ; un atout important à l’époque où le flux de mobilité augmente et où la population croît. Nous avons autour de Charleroi, le pôle de Gosselies au Nord, celui de Gilly à l’Est, Marcinelle au Sud et Mont-sur-Marchienne à l’Ouest. Ces pôles permettent d’élargir la zone géographique de la métropole.

7) Sur base d’une étude portant sur l’analyse de « Qui téléphone à qui », on remarque que les « territoires » ne correspondent pas aux frontières provinciales. Pour Charleroi, il y a clairement un débordement qui est opéré sur la province de Namur. Sur base de cette étude, un plan d’actions a été élaboré et un accord entre 29 communes a été trouvé. Ces communes ajoutées à Charleroi rassemblent 550.000 habitants, ce qui équivaut à la taille critique d’une majeure partie des métropoles européennes. Ces communes se sont engagées volontairement à travailler avec la ville de Charleroi. Un tel engagement n’aurait sans doute jamais vu le jour il y a 5 ou 6 ans.

8) Un travail important a déjà été mené pour renforcer les fonctions de la métropole. Des lieux culturels (BPS22, Rockerill, …), des institutions publiques (Palais de justice), l’hôpital Marie Curie ainsi que le futur hôpital GHDC, la caserne des pompiers, … Tous ces investissements sont relativement neufs et induisent des projets privés (La Manufacture Urbaine).

9) On ne peut avoir de métropole sans habitant. L’habitation est le plus grand défi aujourd’hui pour Charleroi. D’après une étude, les travailleurs de Charleroi n’habitent pas la ville mais 34% d’entre eux sont prêts à venir y habiter à condition de disposer de logements adéquats. D’après cette même étude, ce sont des appartements ou des maisons 2 façades qui seraient souhaités plutôt que des villas avec jardin.

10) L’accent a aussi été mis sur « l’ambiance » au cœur de Charleroi. Une ville ne peut séduire si elle n’est que briques et fonctions publiques. Il faut y vivre des émotions et pouvoir les partager. Le folklore joue une part importante à ce niveau-là. Le Carnaval, Viva For Life, le Marché de Noël, le Parc Reine Astrid avec le Quartier d’Eté, la Brocante des Quais, le stade du Sporting de Charleroi, le Spirou Basket, la Manufacture Urbaine, etc. sont des lieux, des évènements qui permettent aux Carolos de se retrouver en toute convivialité.

11) Un travail de développement urbain de la périphérie de Charleroi sera aussi opéré mais dans un premier temps il était important de se concentrer sur une seule zone afin de ne pas se disperser. D’autres projets vont voir le jour ; notamment deux nouveaux quartiers dont un de 350 logements sur le terril du Sacré Français à Dampremy et un de 650 logements aux Hiercheuses ; le but étant de densifier les zones urbaines avec des logements qui auront une vue tant sur la ville que sur des espaces verts.

12) La mobilité doit encore être développée, notamment en terminant les lignes de métro / tram et en mettant en place un réseau de bus à haut niveau de service pour reconnecter le tissu urbain au centre-ville.

13)  Quels sont les projets qui doivent encore voir le jour ?
Le Palais des Expositions
Des Jardins Urbains
Le Palais des Congrès
Business Center
La Marina
Développement des formations universitaires
La Cité des métiers
Formation en design
Zénobe Gramme

14) L’emploi à Charleroi : Le développement économique doit venir du tissu entrepreneurial lui-même. Le plan Catch prévoit la création de 8.000 à 10.000 emplois d’ici 2025 dans les domaines de l’aéronautique, des biotechnologies, du digital, …

15) Pour répondre à l’évolution démographique – une augmentation de 15% de la population en Wallonie d’ici 2050 – le territoire de Charleroi a été divisé en 5 districts de 40 à 45.000 habitants ; l’idée étant de faire de ces districts des villes dans la ville. Chacun de ceux-ci seront autonomes et reliés au centre grâce aux transports en commun. L’objectif est de créer 400 logements par an pour atteindre une population de 250.000 habitants à Charleroi.